La croissance économique au Mali menacée par les violences dans le pays?

Alors que la croissance économique au Mali est prometteuse, l’escalade de la violence effraie les investisseurs étrangers. En novembre dernier, le Fonds monétaire international (FMI) a félicité le gouvernement du Mali pour la réduction du déficit, louant la croissance du PIB de plus de 5% résultant de fortes récoltes et des dépenses publiques, même si le coût des importations de pétrole a augmenté. Les facilités de crédit accordées par le FMI ont permis de tenir la dette à distance. Mais la baisse massive de l’investissement direct étranger net entre 2009 et 2016 raconte une autre histoire.

L’escalade de la violence au Mali menace-t-elle d’anéantir ce qui reste des intérêts des investisseurs étrangers dans ce pays africain enclavé ?

Après avoir visité la capitale Bamako l’automne dernier dans le cadre de la révision en cours du programme de crédit du FMI, Boriana Yontcheva, le chef de l’équipe du FMI, a déclaré dans un communiqué préparé que  » les perspectives macroéconomiques restent globalement positives, mais que l’économie est confrontée à des risques à la baisse croissants pour l’avenir, notamment en raison de la volatilité de la situation sécuritaire « . Pour ramener les investisseurs étrangers, le gouvernement doit s’attaquer à la violence et à la corruption, ainsi que prendre des mesures pour diversifier l’économie.

La paix s’est révélée insaisissable depuis l’indépendance du Mali par rapport à la France en 1960. Alors que l’ensemble de la région du Sahel en Afrique centrale est confrontée à une augmentation de la violence, les conditions varient à l’intérieur du Mali. Les groupes rebelles et les groupes militants islamiques sont prédominants dans le nord, par opposition au sud et à l’ouest, relativement plus sûrs, y compris la capitale. Le fleuve Niger divise les parties. Les gouvernements américain, canadien et britannique ont renouvelé les mises en garde contre les voyages au Mali, citant le terrorisme et le banditisme, y compris l’enlèvement. Il est vrai que le pays a souffert et souffre encore beaucoup de problèmes de sécurité, et que la sécurité est clairement l’un des principaux obstacles à l’investissement étranger dans le pays. Le pays doit trouver un moyen durable de s’éloigner des dépenses déficitaires ; il importe la plupart de ses produits manufacturés et de son pétrole.

Quelles sont les régions et les secteurs les plus concernés ?

Le gouvernement a favorisé les régions du sud et de l’ouest du Mali, où les mineurs d’or internationaux ont augmenté leurs profits. Les dirigeants recherchent de nouveaux partenariats dans les secteurs minier et agricole, ainsi qu’une diversification accrue de l’économie avec l’aide de l’investissement étranger. Le gouvernement considère également les secteurs de la production d’eau et d’énergie, des communications, du logement, des transports et de la santé comme des priorités. Dans le secteur de l’énergie, l’énergie solaire est une priorité absolue. Il y a aussi quelques projets hydroélectriques au cours des deux ou trois dernières année .Le Mali a un énorme déficit énergétique combiné à une augmentation rapide de la demande. Le soutien étranger peut d’abord venir des voisins. L’adhésion du Mali, avec le Nigeria et 13 autres pays, à la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest offre des opportunités.

  • Statistiques de l’état civil
  • Emplacement : Afrique de l’Ouest
  • Voisins : Algérie, Niger, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Côte d’Ivoire, Guinée, Sénégal, Mauritanie.
  • Capitale : Bamako
  • Population : 18,899,536
  • Langue officielle : français
  • PIB par habitant (2016) : 779,9
  • Croissance du PIB (2017) : 5,3%.
  • Inflation (2017) : 0,2%.
  • Devise : Franc CFA ouest-africain
  • Agence de promotion des investissements : L’Agence de Promotion des Investissements du Mali
  • Incitations à l’investissement disponibles : Incitations fiscales et douanières
  • Facilité de faire des affaires rang : 143
  • Rang de l’indice de perception de la corruption (2016) : 116
  • Risque politique : Comportement erratique du gouvernement
  • en ce qui concerne les négociations contractuelles
  • Risque de sécurité : Forte possibilité de troubles civils persistants, qui pourraient s’aggraver avec l’élection présidentielle.
  • élections prévues pour juillet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
44 ⁄ 22 =