Qu’advient-il de l’hypothèque lorsque le propriétaire décède ?

Qu'advient-il de l'hypothèque lorsque le propriétaire décède ?

Le paiement de la hypothèque est devenu l’un des principaux regrets d’une grande partie de la classe moyenne mondiale qui, poussée par la crise financière de 2008 et les conséquences des bulles immobilières successives, est devenue un fardeau pour de nombreuses familles. Le prêts hypothécairesDans le passé, la surévaluation des biens immobiliers a fait que les prêts ont été prolongés pendant de longues périodes afin de couvrir les échéances, à tel point que parfois, l’héritier peut prendre en charge la dette dans le cadre de son héritage. Sur labanquedublason.com, nous vous disons ce qu’il advient de l’hypothèque lorsque le propriétaire décède.

Les étapes à suivre :

1

Dans des pays comme l’Espagne, l’Italie ou la Grèce, il n’est pas rare qu’au cours des premières années du nouveau millénaire et avec une boom Le marché immobilier, les maisons ont été évaluées au-dessus de la valeur réelle du marché. Ainsi, afin de permettre au client de faire face à ces prêts, les banques ont adopté l’option l’octroi d’hypothèques remboursables sur 30, 40 et 50 ans au maximum. La mesure n’était pas nouvelle. Aux États-Unis, on accordait déjà des hypothèques qui pouvaient être remboursées en 100 ans.

2

Pour les banques, la mesure était ronde. Si tout se passait bien, ils feraient payer beaucoup plus d’intérêts pendant beaucoup plus longtemps. Si les choses tournaient mal, ils prendraient la maison. La question est de savoir ce qu’il est advenu des bénéficiaires et comment ils pourraient gérer cet héritage, en cas de décès du titulaire du prêt hypothécaire. Eh bien, comme dans toute chose, il y a plusieurs scénarios possibles.

3

Tout d’abord, il doit être clair que l’héritier hérite à la fois des biens et des dettes. Ainsi, en principe, l’hypothèque inachevée deviendrait une dette de l’héritier. Toutefois, la loi prévoit que vous pouvez renoncer à la succession ou même l’accepter au profit de l’inventaire.

4

Si vous refusez l’héritage, bien entendu, vous refusez toute dette, y compris l’hypothèque. Si vous utilisez le chiffre de l’acceptation au profit de l’inventaire, cela signifie que vous acceptez les biens mais pas les dettes. Dans ce cas, ces biens sont évalués, les créanciers sont cités, ils sont payés et s’il reste quelque chose, il sera transmis à l’héritier.

5

Enfin, le chiffre le plus couramment utilisé est celui qui est pris a priori. C’est-à-dire celle adoptée par le titulaire de l’hypothèque en prévision de son décès. Il s’agit d’une assurance et, bien qu’il ne soit pas obligatoire de la souscrire, les banques elles-mêmes « obligent » dans de nombreux cas à ce qu’elle soit souscrite comme condition d’octroi du prêt. Si tel est le cas, au moment du décès du titulaire, l’assurance prend en charge d’une partie ou de la totalité de cette hypothèque et l’héritier peut reprendre la propriété gratuitement.

L’héritier peut demander au ministère de la justice un certificat de contrats d’assurance pour la couverture décès et il détaillera toutes les assurances dont le défunt disposait.

Si vous souhaitez lire d’autres articles similaires à Qu’advient-il de l’hypothèque lorsque le propriétaire décède ?Si vous êtes propriétaire d’une entreprise, nous vous recommandons d’entrer dans notre catégorie Finances personnelles.