Renouvellement de l’audit énergétique : une obligation avant le 5 décembre 2019

Limiter sa consommation énergétique devrait être une priorité, que ce soit pour les particuliers ou pour les entreprises. Pour atteindre cet objectif, des démarches ont été entamées par le gouvernement qui a imposé de nouvelles lois pour la transition énergétique. Un des moyens pour atteindre cet objectif est de procéder à l’audit énergétique réglementaire qui va déterminer l’état général des dépenses énergétiques des grandes entreprises en France et permettre de mettre un premier frein au gaspillage des ressources.

L’audit énergétique, c’est quoi ?

Il s’agit d’une démarche qui permet de faire une analyse énergétique d’une entreprise afin de connaître sa consommation en énergie et de trouver des solutions pour améliorer son efficacité. En procédant à un audit énergétique réglementaire et en mettant ses conclusions en application, non seulement la facture d’énergie de l’entreprise sera réduite considérablement, mais les charges du bâtiment en question le seront également.

Cette démarche permettra aussi de réorienter la politique énergétique de votre entreprise en augmentant la performance et l’efficacité du bâtiment audité. L’audit énergétique est obligatoire et il est à effectuer tous les quatre ans. Les organisations soumises à celui-ci doivent s’y conformer avant le 5 décembre 2019.

Secteurs d’activité concernés par l’audit énergétique

Tous les secteurs d’activité, que ce soit l’industrie, le commerce, le tertiaire, les immeubles et les transports sont concernés par cette réglementation. Effectuer un audit est donc indispensable pour les organisations qui répondent à ces critères :

  • Au moins 250 employés,
  • Un chiffre d’affaires de plus de 50 millions d’euros
  • Un bilan supérieur à 43 millions d’euros

L’audit énergétique des grandes entreprises est donc obligatoire. Toutefois, il y a des exceptions. Par exemple, une société qui possède la certification ISO 50 001 est exemptée puisqu’elle participe déjà à l’amélioration énergétique globale. Néanmoins, si cette certification a expiré, alors l’entreprise devra refaire un audit en six mois, comme les autres entités.

Dans le cas où l’entreprise ne suit pas cette obligation, elle risque de payer une pénalité pouvant atteindre 2 % de son chiffre d’affaires.

 

Les étapes de l’audit énergétique obligatoire

L’audit doit être pratiqué par un auditeur qualifié indépendant qui peut être en interne ou en externe. Aussi, pour pouvoir répondre à cette loi en vigueur, il est nécessaire de suivre quelques étapes :

  • Repérage sur terrain : l’auditeur effectue une première visite du site. Cette étape lui permettra de connaître le périmètre d’audit ainsi que la facture totale de la consommation énergétique de l’entreprise.
  • Pré-collecte des données : l’auditeur réunira divers documents comme le plan de masse du bâtiment de l’entreprise, mais aussi les factures des différentes fournitures en énergie (chauffage, climatisation, eau, gaz, etc.)
  • Analyse détaillée des données : une visite approfondie du site peut être ensuite effectuée. Cette phase aidera à dégager les solutions optimales d’amélioration sur les différentes installations. Ces dernières doivent être classées par ordre de priorité.
  • Établissement d’un rapport : rédigé en suivant les normes NF EN 16 247, ce document détaillera la consommation réelle de l’entreprise et fournira une synthèse des solutions proposées en fonction du retour d’investissement qu’elles procurent.

La dernière étape de l’audit sera le dépôt des dossiers sur la plateforme de l’ADEME. Sachez que réaliser un audit énergétique permettra à votre entreprise d’économiser jusqu’à 30% sur les factures, voire même 50% sur le moyen terme !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *