Comment un héritage est divisé des parents aux enfants ?

[ad_1]

Comment un héritage est divisé des parents aux enfants

Toute personne majeure peut demander la rédaction d’un testament devant un notaire. Il n’est pas nécessaire de préciser tous les biens que l’on possède, car il est possible qu’au moment du décès du testateur, les biens diffèrent de ceux que l’on possédait au moment de la rédaction.

En règle générale, des personnes peuvent être désignées comme héritiers si elles le jugent approprié, bien que la loi fixe une limite, puisqu’elles doivent respecter la légitime qui correspond à chaque descendant. Certaines personnes peuvent mourir sans testament et il peut être nécessaire de déterminer légalement qui hérite des biens. Dans ce cas, comment un héritage est partagé entre les parents et les enfants ?

Quels sont les types d’héritage ?

Les enfants peuvent hériter de la propriété de leurs parents de deux façons :

  • La personne fait un testament et distribue ses biens selon son testament. Vous pouvez déterminer un ou plusieurs héritiers, comment et de quelle manière vous répartissez l’héritage et si vous fixez des conditions.
  • La loi établit qui doit hériter en l’absence de testament, en répartissant les biens du défunt entre ses proches parents.

La forme d’héritage la plus courante est le testament, bien qu’il faille rappeler que les personnes âgées n’ont pas l’habitude de laisser un testament, car on croit que la répartition des biens se fait en fonction des besoins de la famille.

Devez-vous déterminer quels sont les biens qui restent dans la succession ?

La loi n’exige pas de consigner la quantité de biens laissés en héritage, puisque l’héritier ou les héritiers recevront la totalité de ces biens, sauf indication contraire. Ainsi, le défunt peut laisser par écrit un certain groupe de biens à d’autres personnes, et les héritiers peuvent recevoir le reste des biens.

Cette mesure vise à éviter un écart entre les biens inscrits dans le testament et ceux effectivement laissés au moment du décès de la personne. C’est pourquoi la possibilité est établie que les héritiers, une fois appelés à hériter, feront un inventaire des biens qui subsistent au moment de la succession.

Il convient de rappeler que c’est le testament du testateur qui régit la répartition de la succession et il se peut que chaque enfant ait droit à une part différente de l’héritage. Dans le cas des testaments, il n’existe pas de commandement légal exigeant que l’héritage soit divisé en parts égales entre les enfants, pas même, dans le cas d’un couple marié, que la veuve ou le veuf reçoive plus de biens que les enfants.

Le testateur ne peut pas disposer librement de tous les biens

Le testateur ne peut pas quitter librement tous ses biens, car la loi l’oblige à respecter la légitime qui correspond à leurs descendants.

La réglementation stipule qu’un tiers de l’héritage total doit nécessairement aller aux enfants du défunt. Nous voulons ainsi éviter qu’en raison de mauvaises relations entre parents et enfants, l’un d’entre eux se retrouve sans héritage.

L’amélioration d’un tiers, en revanche, est utilisée par le testateur pour distribuer une partie de l’héritage en faveur d’un descendant auquel il accorde une considération particulière. Cela ne peut se faire qu’au profit des descendants.

Qui a droit aux biens ?

Les personnes qui ont le droit de recevoir un quart de l’héritage sont :

  • Les enfants : En d’autres termes, les enfants, bien qu’en leur absence, les petits-enfants puissent demander le paiement de celui qui est légitime.
  • Si les parents du défunt sont encore vivants, ils ont également le droit de percevoir leur part de la part légitime.
  • Le droit de percevoir la part du conjoint légitime est également accordé au conjoint survivant.

Peut-on déshériter un enfant ?

Les causes invoquées par la loi pour déshériter un enfant sont très compliquées à respecter, et pas du tout courantes. Un enfant ne peut être déshérité que si:

  • Le père a été calomnié et il y a une sentence ferme qui envoie le fils en prison pour cela.
  • Si vous avez essayé de tuer le testateur ou son épouse.
  • Si le père n’a pas été nourri quand il en avait besoin en raison de son état ou si les soins nécessaires n’ont pas été donnés de son vivant.
  • S’il n’y a pas de lien avec les parents

Dans le cas où un enfant subit l’une des causes de déshéritement, une partie de la part légitime qui lui correspond ira à l’un de ses enfants, c’est-à-dire aux petits-enfants du testateur.

[ad_2]